Années 1980

Reconnaissance internationale

En 1980, l’association est reconnue, à l’unanimité ; comme Organisation Non Gouvernementale (ONG) à statut consultatif par le Comité Français des ONG pour la liaison et l’information des Nations Unies.

En octobre 1983, Choisir organise un nouveau colloque international à l’UNESCO autour du thème : « Féminismes et Socialismes ». De grandes personnalités des mondes politique et culturel de 21 pays viennent débattre de la place faite aux femmes par les grandes théories socialistes et rappeler l’histoire des rapports entre féministes et partis socialistes. Sont également confrontées les expériences socialistes et féministes de différents pays.

En 1983, Gisèle Halimi, alors Présidente de Choisir, est désignée « Personnalité de l’année » par le Grand Jury de la Distinction Internationale, fondé en 1970.

Action politique

En mai 1981, Choisir organise une rencontre au Palais des Congrès, à Paris à laquelle sont invités François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing, candidats au second tour des élections présidentielles. François Mitterrand accepte de se rendre à la rencontre et répond aux questions de Gisèle Halimi et des journalistes au cours d’un débat qui aura duré trois heures.

Le 21  juin, Gisèle Halimi, est élue Députée de l’Isère à Voiron près de Grenoble, apparentée du Groupe Socialiste. L’association Choisir devient ainsi la première « voie / voix » à l’Assemblée Nationale. Gisèle Halimi est élue Présidente du Groupe Interparlementaire contre le Racisme et le Sexisme. Elle dépose 7 propositions de loi :

  • remboursement par la Sécurité Sociale de l’interruption volontaire de grossesse, qui sera adopté ;
  • suppression de l’enquête de moralité pour les victimes du viol ;
  • révocations des donations entre époux séparés de biens ;
  • préjugés sexistes dans les publications destinées à la jeunesse ;
  • noms patronymiques des enfants légitimes ;
  • création d’un fonds de garantie des pensions alimentaires ;
  • rémunération du congé parental alterné.

En 1982, Gisèle Halimi amende la loi électorale des élections municipales en faisant adopter l’article suivant : « les listes de candidats ne peuvent comporter plus de 75% de personne du même sexe ». La loi sera annulée par le Conseil Constitutionnel qui la considéra comme une entrave à la liberté du suffrage et à la libre expression de la souveraineté nationale. Dès lors, Choisir se lance dans la bataille de la réforme constitutionnelle et, pour ce faire, est à l’initiative de plusieurs propositions de loi. Les rencontres se multiplieront : François Mitterrand, alors Président de la République, Edouard Balladur et Jacques Chirac.

Débat autour du voile islamique

En octobre 1989, éclate la première « affaire du foulard » à Creil (Oise) dans la droite ligne de l’affaire Rushdie. Les faits remontent au 18 septembre, quand et alors qu’il est de plus en plus question de « République » et de « laïcité » dans les médias, le principal du collège Gabriel-Havez de Creil, exclut trois jeunes filles musulmanes de son établissement estimant que le port du foulard est contraire à la laïcité de mise dans un établissement public. Le 28 novembre, Choisir engage un débat en réunion publique à la Mutualité, à Paris, sur le thème : « Pour la dignité des Femmes. Pour la défense de la laïcité ». La présence de ce symbole à l’école y est dénoncée comme un signe de soumission et d’aliénation des femmes.